Critique de «OSS 117 : Le Caire nid d’espions» par Niko

OSS 117 : Le Caire nid d’espions, Michel Hazanavicius, 2006

On a tous vu, ou entendu parler d’un James bond, que ce soit les anciens tels que Goldeneye, Dr. No ou même les plus récents, comme avec SkyFall par exemple. Quand on entend « 007 », les trois chiffres du plus célèbre espion du cinéma, on voit très souvent un espion intelligent et rempli de charisme et de charme. Mais que ce passerait-il si un autre James Bond beaucoup moins intelligent et ayant moins de charme était envoyé en mission ultra dangereuse ? Et c’est le cas de OSS 117 : Le Caire nid d’espions.

OSS 117, Le Caire nid d’espions est une comédie d’action réalisée par Michel Hazanavicius et sortie en 2006. Le film raconte l’histoire d’OSS 117, un espion envoyé par le Président de la République (cocorico) pour rétablir l’ordre en Egypte, plus précisément dans la capitale : Le Caire. Ville qui est devenue un véritable nid d’espions (le film porte bien son nom !). OSS 117 doit donc déjouer les plans d’espions anglais, russe mais aussi d’une secte islamiste ainsi que la propre famille du roi déchu Farouk.

Certains disent que c’est un sous James Bond, un très mauvais film d’espions. Mais pour moi, c’est un renouveau à notre sauce des James Bond. Prenez-y un James Bond, ajoutez-y la patte des films parodiques des années 90 (tels que les Nuls ou les Inconnus), mettez une pincée de caricatures et vous obtiendrez une très bonne comédie intemporelle qui peut plaire facilement aux petits comme aux grands. Les grands verront comme un film à la Louis de Funès, les plus petits comme une comédie. Les dialogues sont bien ficelés, on passe d’un OSS 117 réfléchi et charmeur, à un idiot machiste et lourd, auquel il arrivera toujours à s’en sortir, et c’est ça qui est bon ! Les décors sont très kitschs, ce qui appuie sur un film caricatural et grotesque, et dans le bon sens du terme. Jean Dujardin colle parfaitement à OSS 117. Son jeu d’acteur est très bon. Il sait faire vivre OSS 117 à travers ses dialogues, et ses scènes tous plus grotesques et drôles les uns que les autres (mention spéciale à la scène où il s’infiltre dans la secte, à crever de rire !). Ce genre de scène est souvent alimenté de références aux films d’espionnage ou au vieux films des années 70 (comme le fameux fond animé lors d’une ballade en voiture).

OSS 117 est mal joué, kitsch, invraisemblable et complétement dépassé au vu du scénario. Mais ce genre de défauts est réfléchi par Hazanavicius, et il est surtout compris, Hazanavicius a donc voulu que ce soit comme ça. Et il avait raison et c’est pourquoi, OSS 117, Le Caire nid d’espions est une réussite. Une réussite que vous pouvez trouver au Cinéma Odyssée jusqu’au 19 mars.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s