Critique de «A thousand girls like me» par Florence Joannes

A thousand girls like me, Sahra Mani, 2019

C’est dans une salle presque comble qu’a eu lieu l’avant première d’A thousand girls like me, le bijou de Sahra Mani sorti mardi 6 mars en salle. De ce documentaire salué par Le Monde et The New York Times émane des prises de conscience, des interrogations, mais aussi un message d’espoir.

Khatera, jeune femme afghane, veut faire condamner son père qui l’a violentée et violée pendant plus de 13 ans. Un combat long et rude notamment parce qu’en Afghanistan, l’inceste n’est pas interdit ni puni par la loi.  Dans cette société patriarcale où le nom de la mère ne figure pas sur les papiers d’identité, les victimes de viol sont considérées comme coupables d’avoir « sali l’honneur familial » comme dit un des frères de Khatera. Elles ne sont donc pas écoutées et sont souvent accusées de mentir, comme dans ce film où la victime porte un enfant de son père pour prouver le crime. Cette preuve irréfutable s’est par ailleurs révélée « insuffisante », tout comme les nombreux témoignages.

En plus de la corruption de la justice, Khatera a dû faire face à la pression qu’exerçait une partie de sa famille. En effet, alors que ses frères fermaient les yeux sur les viols de peur d’être brutalisés, ses oncles, comme « une meute de chiens à ses trousses » menaçaient constamment sa vie suite à la dénonciation des crimes commis dans les médias, seuls à pouvoir faire avancer l’affaire. Cependant, la jeune femme originaire d’un ghetto de Kaboul a continué de se battre. Ses sourires illuminent le film autant que ses larmes le rendent difficile.

Ce documentaire de Sahra Mani, qui était présente le 6 amrs à l’Odyssée, est effectivement terrible par les faits mais aussi pudique, tendre et humain. Ce film actuellement en salle nous est offert par Sahra Mani qui nous rappelle que, de par les fréquents attentats suicides à Kaboul et la menace constante qui pesait sur Khatera et elle, il aurait pu ne jamais voir le jour.

Cependant il est là, splendide et terrible, et vous attend au cinéma. Chaque citoyen doit aller le voir. Chacun doit prendre conscience de la situation pour agir et faire changer les choses. Changer le monde de nos mères, de nos femmes, de nos filles. Cette femme, cette héroïne a combattu pour les milliers d’autres qui restent dans la peur, pour les oppressées, pour celles qui vivent dans la terreur. Sa lutte pour  la Femme doit être honorée et retentir dans le monde entier pour faire changer des vies, pour faire changer les idées. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s