Critique de Eva ne dort pas par Elisa Sanchez


Eva ne dort pas, Pablo Aguero, 2015

Eva Perón est une actrice et femme politique argentine qui a joué un rôle très actif en faveur des droits sociaux et qui s’est engagée en faveur des femmes et a œuvré notamment pour le droit de vote des femmes. Elle est également l’épouse de Juan Domingo Peròn, devenu président de l’Argentine en 1946, le peuple argentin l’appelle Evita. Grâce à la Fondation Eva Perón, elle a fait construire des hôpitaux, des écoles et distribuer des bourses d’étude et des aides au logement. Accusée d’avoir vendu l’Argentine aux pauvres, elle a fondé avec d’autres femmes politiques argentines le Partido Peronista Femenino (le parti péroniste féminin) en 1945. Elle en fut la première présidente.

Tout cela, le film Eva ne dort pas n’en parle pas : le rôle d’Eva est vaguement évoqué dans des images d’archive en noir et blanc. Pablo Agüero choisit de se concentrer sur ce qu’il advient du corps d’Eva après sa mort en 1952, des suites d’un cancer. Il est décidé que le corps d’Eva soit embaumé pour être exposé dans les locaux de la CGT, afin que ses partisan·e∙s puissent continuer à lui rendre hommage. Seulement, en 1955, un coup d’état renverse Juan Peròn. Sur les ordres de la dictature militaire, dite Révolution libératrice, son cadavre fut enlevé. Pablo Agüero raconte le parcours de ce corps embaumé, dissimulé pendant presque quinze ans, d’une femme devenue symbole d’opposition aux dictatures militaires. Il en tire un film symbolique,  très poétique, qui questionne le pouvoir des dirigeants après leur mort : un cadavre n’est pas un corps en décomposition mais un symbole, dans une Argentine hantée par le fantôme d’Evita. Les hommes, emplis d’orgueil ou de désir, se déchirent au-dessus d’un corps féminin à la peau bleutée, sexualisée et icônisée dans des huis-clos emprunts d’une lueur onirique. Tous les personnages, hommes pour la grande majorité, sont affectés par la mémoire d’Eva Peròn, dont l’ombre plane partout sans jamais que l’on n’en saisisse clairement les contours.

Eva ne dort pas, Pablo Aguero, 2015, 1h27

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s