Critique « Le Bossu de Notre-Dame » par Janaina Iszlaji

Le Bossu de Notre-Dame de Gary Trousdale et Kirk Wise, 1996

Après tant d’années loin des classiques Disney, l’incendie de la cathédrale de Paris m’a ravivé la volonté de revoir le Bossu de Notre-Dame. Messouvenirs du film étaient vagues, une fois il ne m’avait pas particulièrement marqué pendant mon enfance. L’expérience de revenir sur ce classique a été formidable, dépassant largement mes attentes initiales. La production réalisée par Kirk Wise et Gary Trousdale est une adaptation du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (1831). Le récit tourne autour de Quasimodo, un bossu qui vit emprisonné à la cathédrale de Paris paralysé par la peur de se montrer au monde. C’est un film qui révèle l’opposition entre l’apparence et l’essence des êtres humains. Chef- d’oeuvre original, Le Bossu de Notre-Dame figure parmi les plus adultes et les plus touchants des classiques Disney. Avec des images précieuses de Notre Dame de Paris, le film célèbre les symboles majeurs de la culture française.     

Cette version destinée aux enfants modifie l’histoire de base de Victor Hugo. L’intrigue du film se déroule à Paris en 1482 et narre le drame d’un homme né bossu qui devient le carillonneur de Notre-Dame. Élevé par Frollo, un juge lié à l’église et détenteur d’un grand pouvoir politique dans la ville, Quasimodo vit emprisonné dans la cathédrale et rêve du monde hors des murs de l’église. Le jour où il décide de s’enfouir pour voir la Fête des Fous, Frollo intervient pour réaffirmer la règle qui l’empêche de sortir de Notre-Dame. Malgré l’intimidation, le bossu désobéit à son “maître”et part en vue de découvrir la beauté et les dangers du monde. C’est la rencontre avec la gitane Esmeralda et le capitaine Phoebus le change profondément.

Il s’agit d’une production où les personnages se révèlent les plus complexes de la plupart des classiques Disney: Quasimodo d’apparence “monstrueuse” est en vérité une âme sensible en quête de liberté; Esmeralda, la danseuse “impure” est essentiellement humble, gentille et audacieuse ; Phoebus, le chevalier obéissant est au fond un héros courageux qui se révolte contre les autorités de l’etat, au moment où elles menacent la vie du peuple. Frollo est sans la moindre doute, le plus fascinant et complexe méchant jamais créé par les studios Disney. Le juge est un homme sévère qui commet des actes vils étant persuadé d’agir pour le bien. En défense de la morale chrétienne, il persécute et menace tous ceux qui ne sont pas comme lui. C’est son désir pour Esmeralda qui renforce sa crise intérieure bien illustrée par Alan Menken dans la chanson Infernal: 

 «Est-ce ma faute? Pourquoi ce blâme? C’est cette sorcière gitane par qui mon coeur s’enflamme. Est-ce ma faute, si notre Père à fait les hommes moins puissants que Lucifer. Par pitié, Maria, protèges-moi du mauvais sort;  De cette fleur du mal et de son corps. Détruis Esmeralda, qu’un rideau de feu soit son linceul.»

 La thématique religieuse est centrale dans le film: la corruption morale des intégrants de l’église, l’intolérance religieuse et l’abus de pouvoir sont au coeur du récit qui nous interroge sur la nature de ce que nous appelons monstrueux. De manière générale, la force du Bossu de Notre-Dame réside dans les ambiguïtés de ses personnages: le juge injuste, le bossu gentil, le chevalier rebelle etc. Esmeralda est la plus remarquable d’entre eux: femme séduisante et “impure”, elle est pourtant la plus capable de se sacrifier en faveur des malheureux. Courageuse et humble, la protagoniste nous rappelle la figure chrétienne de Marie Madeleine et nous touche particulièrement pendant la chanson Les bannis ont droit d’amour; l’une des plus belles et spirituelles chansons Disney:

  «Je ne sais, Seigneur, si ces mots; Monteront jusqu’au Ciel; Si Tu entendras tout là-haut. Ce très humble appel. Moi, l’exclue, l’impure, la Gitane; En Toi, j’espère toujours. Car dans le cœur de Notre-Dame. Les bannis ont droit d’amour. Protège, mon Dieu, les malheureux. Éclaire la misère des cœurs solitaires.»

            Connu par les merveilleuses compositions des films La Belle et la Bête, Pocahontas et Aladdin, Alan Menken a élaboré la bande originale du Bossu de notre-Dame à partir des mélodies de chants grégoriens. Ce travail musical a été salué par la critique à travers la nomination pour l’oscar de la meilleure musique de film de 1997. Dans les voix de Francis Lalanne (voix du bossu), Jean Piat (Frollo), Rebecca Dreyfus (Esmeralda) et Emmanuel Jacomy (Phoebus), le doublage français a fait succès auprès du public. Malgré le mauvais accueil de la part des fans de Victor Hugo qui attendaient une histoire plus fidèle au roman, Le Bossu de Notre Dame s’est hissé en tête du box office français de 1996. Film magistral qui mérite d’être vu soit par l’importance des sujets abordés, soit par la beauté des illustrations de la cathédrale. Une très belle réussite de Wise et Trousdale qui nous invite à réfléchir  sur la valeur de la dignité humaine et sur le sens de la véritable fraternité chrétienne. Suite à l’incendie de Notre-Dame de Paris, le cinéma Odyssée rend hommage à ce symbole national et à l’oeuvre de Victor Hugo dans notre programmation du mois de juin. Classique  incontournable pour tous les fans de Disney! 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s